Se connecter
S'inscrire

Inauguration du lac de Ftan!

25.06.2019
de Michèle Ullmann

«J’ai toujours pensé que le village familial de Ftan avait besoin d’un lac», explique Laila Tobler, co-initiatrice du projet et membre de l’association touristique Pro Ftan. C’est pourquoi elle a œuvré avec la commune de Scuol pour que la Basse-Engadine obtienne un lac de baignade destiné au grand public.

Pourtant, le même endroit abritait déjà un lac privatif de l’internat local dans les années 1930. Puis, la digue autour du lac était devenue très fragile avec le temps, jusqu’à ce qu’un jour, l’eau s’en écoule. La zone n’a plus été viabilisée depuis. Le lac a été revitalisé et officiellement ouvert au public à l’issue d’un an de travaux.

Une plus-value touristique

Ce havre de paix, doté d’une plateforme flottante, a été conçu tant pour les riverains que pour les touristes. En effet, le tourisme local ne se portait plus très bien ces dernières années. Laila et son comité sont persuadés «que le lac souligne le caractère montagnard romantique en été, et que le village saura encore plus convaincre toutes les générations.»

Le lac a été délicatement niché au milieu de la flore et de la faune locales. Grâce à un revêtement spécial au fond du lac, les constructeurs ont réussi à faire éviter toute fuite d’eau. Qu’en est-il de la température d’un tel lac de montagne? Laila Tobler: «En période estivale, l’eu peut atteindre environ 20°C en période estivale. Cela est dû à sa caractéristique d’eau stagnante, et au fait que le lac se situe sur un versant ensoleillé. On peut donc comparer ce lac à celui de Cauma à Flims.»

Un projet de crowdfunding retentissant

Les coûts de ce projet, largement soutenu, s’élèvent à 360’000 francs, dont un tiers provient de l’association Pro Ftan, et le deuxième de la commune de Scuol. Le dernier tiers, soit 120’000.-, a été financé grâce au crowdfunding sur heroslocaux.ch. Le financement a connu un succès retentissant: Plus de 140’000 francs ont été récoltés pour ce projet en moins de 3 mois.

Laila: «Nous en sommes ravis, nous ne nous attendions pas à un tel succès. Cela prouve bien que les propriétaires de résidences secondaires, et les habitants mêmes de la Basse-Engadine assument leurs responsabilités et œuvrent à une plus grande attractivité de notre région. Nous savons tous que c’est le tourisme qui nous fait vivre.»

Vers le projet de crowdfunding

Quel est ton opinion?

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.

Cela pourrait aussi t'intéresser: