Un triporteur pour s’intégrer, apprendre et offrir

Un projet de la région de la Banque Raiffeisen Sion et Région

CHF 5'480  
1 bénévoles
Projet terminé
Projet réussi
53 parrains

A propos de notre projet

Le projet propose à des personnes réfugiées de parcourir le Valais ou la Suisse romande avec un Triporteur. Celui-ci s’arrêtera dans des événements organisés localement (marchés, fêtes, concerts…). Selon les circonstances, le Triporteur contiendra de la nourriture, des boissons ou d’autres objets propres à engager une conversation avec les gens intéressés. Toutefois, son ancrage le plus fréquent sera le marché de Sion qui se tient tous les vendredis avec un très grand nombre d’exposants.

Période de financement 09.02.2022 11:08 Heure - 08.05.2022 23:59 Heure
Temps nécessaire à la réalisation De janvier 2022 à août 2023
Seuil de financement CHF 5'000
Objectif financier CHF 15'000

De quoi traite ce projet?

Depuis plusieurs années "La Sorcière affairée" travaille avec des jeunes migrants non accompagnés ou des personnes adultes réfugiées.
Echanger, parler, partager, devenir autonome font partie de nos besoins fondamentaux. Beaucoup de personnes réfugiées ou issues de la migration ont de la difficulté à les pratiquer. Les raisons de ces difficultés sont multiples : le barrage de la langue, les préjugés…
Le triporteur installé sur un marché ou présent lors d'une manifestation joue un rôle essentiel. Il devient un pont entre la personne réfugiée qui le gère et le visiteur. Les produits proposés permettent une relation langagière et commerciale. Ils sont un trait d'union sympathique entre les cultures et permettent une relation ou n'entrent pas en compte les préjugés ou les remarques désobligeantes que les rencontres sur le trottoir favorisent. Il y a, grâce au triporteur, une égalité de statut entre le visiteur et la personne réfugiée qui propose.
Le triporteur est donc un objet de médiation entre la personne qui gère le contenu du triporteur et la population qui s’arrête, questionne et déguste les plats ou le café proposés.
Nous avons donc choisi de réserver les triporteurs à des personnes réfugiées motivées et enthousiasmées par le projet.
« La Sorcière affairée » possède un triporteur qui nous sert de référence ou de ballon d’essai. Une personne réfugiée teste notre projet depuis maintenant 20 semaines. Il s’agit d’une enseignante d’histoire turque extrêmement motivée par les opportunités que lui offre notre projet. Elle a réellement intégré le triporteur comme outil de communication et de partage (elle propose de la nourriture de son pays) ce qui lui permet une réelle intégration dans le tissu sédunois.

Quels sont les buts et le groupe cible?

L'objectif premier dédié au projet "Triporteur" est la rencontre : la rencontre entre une ou des personnes issues de l'immigration et des personnes issues de la société locale.
Cet objectif est destiné à faciliter l'intégration des personnes réfugiées à notre société. Or, trouver une place et s'intégrer à un marché tel celui du vendredi à Sion représente une formidable immersion dans notre communauté.
Issus de cette rencontre plusieurs objectifs se greffent et donnent un sens humain extrêmement important à notre projet.
La langue
Un frein important à la rencontre est la langue. Apprendre sa grammaire, mémoriser le vocabulaire... en général les cours proposés aux réfugiés sont bien suivis. Avec notre projet "Triporteur" nous proposons une utilisation bienvenue et obligatoire de notre langue. La personne qui gère le triporteur doit se faire comprendre, doit intéresser, doit proposer... doit parler en français. L'immersion langagière est réelle et complète.
Le partage
Grâce au triporteur et à son contenu la personne réfugiée n'est pas démunie, elle n'est pas demandeuse, elle propose. Elle propose de goûter, de voir, d'essayer quelque chose qu'elle a fabriqué elle-même. Il peut s'agir de cafés, de thés ou de recettes issues de son pays. Là encore l'intégration sur un marché est forte et le triporteur devient un pont, un lien bienveillant entre la personne locale et la personne réfugiée.
L'autonomie
Avec nos triporteurs (nous désirons en construire trois) nous visons également l'autonomie sociale et financière de personnes réfugiées.
Chaque triporteur est mis en service dans une triple collaboration : "La Sorcière affairée", un ingénieur de la Haute Ecole dIngénierie de Sion et la personne ou le groupe à qui reviendra le triporteur.
Chaque triporteur est donc issu d'un projet de groupe. Les personnes issues de l'immigration ne sont pas laissées à elles-mêmes. Un médiateur de "La Sorcière affairées" les accompagne dans les démarches administratives et sur les marchés. Ce médiateur, outre son rôle de conseiller, est également investi d'un rôle de contrôle.
Ainsi, le fruit d'un projet réfléchi, réalisé durant toute une année et désormais géré en toute autonomie pas le groupe ou la personne réfugiée sera conséquent. En effet, si le groupe le désire il pourra poursuivre sa voie avec le triporteur qui désormais lui appartiendra.

Pourquoi faut-il parrainer votre projet en particulier? 

Notre projet mérite un soutien fort pour plusieurs raisons :
En premier lieu, il favorise l'intégration et l'autonomie des personnes réfugiées chez nous.
C'est une initiative qui rend tout le monde gagnant : La personne réfugiée qui trouve une place valorisante dans le tissu social et qui améliore ses chances de ne plus dépendre que d'elle-même. La société civile y trouve son compte également puisque la personne réfugiée devient un partenaire et n'est plus dépendante. De plus, l’apport culturel ou culinaire de la personne réfugiée est un plus pour la diversité.
En second lieu, notre projet possède un côté innovant par la création d'un outil de travail et la médiation au service du vivre ensemble.
En troisième lieu, notre projet mobilisera plusieurs groupes d’étudiants de la HES-SO Valais pour la conception et la réalisation des triporteurs en fonction des projets propres à chacun d’eux. En effet nous sommes sur la bonne voie pour que la réalisation des triporteurs devienne de véritables travaux de groupe pour les classes de M. Nicolas Jordan ingénieur en électricité engagé dans le projet.

Que se passe-t-il avec l'argent une fois le financement réuni?

L'argent reçu servira à concevoir et construire les trois triporteurs dédiés au projet.
Pour ce faire "La Sorcière affairée" possède une grande expérience pour concevoir et mener à bien le projet. Un médiateur culturel en la personne de Frédéric Mudry s'en chargera à satisfaction grâce aux compétences acquise auprès des réfugiés en particulier.
Elle s'est également assuré les services de M. Nicolas Jordan et de ces étudiants à la HES-SO Valais capables de mener à bien ces constructions.
L'apport des réfugiés eux-mêmes ne sera pas négligeable car, ce sera selon leurs désirs et leur vision de la rencontre que les triporteurs verront le jour.

Seuil de financement

Ce seuil permet de financer l'achat des composants pour fabriquer un triporteur.

Objectif financier

Ce seuil permet de financer l'achat des composants pour fabriquer les trois triporteurs.

Qui sont les initiateurs du projet? 

"La Sorcière affairée" est responsable du projet.
En tant que médiateur culturel et concepteur du projet Frédéric Mudry sera le gestionnaire et le responsable de toutes les phases du projet.
"La Sorcière affairée" l'aidera dans sa tâche en lui fournissant les outils nécessaires à sa réussite. Elle mettra également à sa disposition des personnes compétentes en fonction de ses demandes.

Contacter l'initiateur du projet
La Sorcière Affairée
Monica Sarni
Place du Midi 48
1950 Sion Schweiz