Se connecter
S'inscrire

Le Pari d'Esther

Un projet de la région de Banque Raiffeisen Alpes Chablais Vaudois

31'985 CHF  
Projet terminé
Projet réussi
203 parrains

A propos de notre projet

A Château-d'Oex, Esther Mottier, une paysanne et entrepreneure, construit un projet de ferme radicalement différent et innovant, et pour certains, dérangeant. Notre objectif est de réaliser un documentaire sur cette personnalité à la détermination hors du commun et sa vision agricole et touristique, qui peut potentiellement changer profondément l'avenir de la région.

Période de financement 16.08.2020 15:16 Heure - 24.10.2020 23:59 Heure
Période de réalisation 12 mois
Seuil de financement 30'000 CHF
Objectif financier 155'000 CHF

De quoi traite ce projet?

Paysanne et entrepreneure, originaire du Simmental, Esther Mottier est la seule avec son mari Nicolas à diriger une exploitation en biodynamie au Pays-d’Enhaut. Il y a huit ans, elle a commencé à imaginer sa ferme innovante, qui se concrétise désormais et devrait voir le jour en 2023, à Château d’Oex. Ambitieux, hors-normes, utopique aux yeux de certains, ce projet est en tout cas unique en Suisse, et mené par une personnalité d’une rare détermination. Le bâtiment associe une écurie innovante, un hôtel, un restaurant, une école, une serre de maraîchage, des espaces de wellness naturel, un magasin bio et un cabinet de thérapies naturelles.
C’est entre août 2020 et mars 2021 que tout va se jouer pour Esther : son projet sera présenté aux habitants, ses plans finalisés, et la pose de la première pierre organisée.
Comment cette femme de 36 ans va-t-elle faire pour convaincre les réticents, affronter les oppositions potentielles, embarquer le village dans son aventure? Quels aménagements concèdera Esther pour que son utopie devienne réalité? Comment réunir les 20 millions de francs qui lui sont nécessaires? Quels obstacles cette porteuse de projets va-t-elle encore rencontrer? C’est tout l’objet du film Le Pari d’Esther.

Quels sont les buts et le groupe cible?

Le Pari d’Esther veut sensibiliser un large public à des thèmes clés : la production alimentaire de demain en Suisse, la place des femmes dans le monde paysan, le futur de l’agriculture de montagne.
Ce travail n’a pas de vocation commerciale, mais veut susciter des débats publics dans notre pays : quelle est la bonne manière de développer une alimentation locale, saine et des circuits courts? Faut-il que les consommateurs s’impliquent et, si oui, jusqu’où ? Comment les fermes peuvent-elles se réinventer et s’ouvrir sur la société ? Doivent-elles être des lieux d’éducation populaire, de soin, de tourisme? Qu’est-ce que cela implique pour les paysans et autres commerçants locaux? Que doit affronter une femme porteuse de projets aujourd’hui dans le monde agricole? Quelle approche spécifique apporte une femme quand elle conçoit le futur?
Enfin, de manière plus locale, ce film est aussi un documentaire sur un moment d’histoire de Château-d’Oex et du Pays-d’Enhaut: vingt ans après l’obtention de la première AOP (Appellation d’origine protégée) de Suisse avec L’Etivaz, comment cette région envisage-t-elle son futur aujourd’hui?

Pourquoi faut-il parrainer votre projet en particulier? 

Ce film sera tourné entre août 2020 (mise à l’enquête du projet d’Esther) et mars 2021 (pose de la première pierre), période charnière pour Esther Mottier et sa famille. L’enjeu est précisément de filmer ce qui se passe avant la construction de la ferme, pour comprendre et faire partager les questions épineuses qui se posent, les choix stratégiques qui se jouent au moment où un projet innovant se décide et se discute publiquement. Notre film veut documenter cette phase cruciale pour servir d’exemple à d’autres porteuses et porteurs de projets en Suisse.

Que se passe-t-il avec l'argent une fois le financement réuni?

Pour assurer le tournage, du 1er août 2020 au 30 mars 2021, il faut environ 155 000 francs. Cette somme représente la moitié d’une production standard. Sa modestie est rendue possible par les apports bénévoles, notamment ceux de l’auteure principale. L’argent permet de couvrir les frais du tournage (réalisateur, cadreur, preneur de son, matériel, déplacements, repas, assurance), et de la post-production (monteur, traducteur, matériel, assurance, musique). Le film sera en français sous-titré en allemand, puisque le projet d’Esther implique déjà nombre d’acteurs alémaniques. Un sous-titrage en italien, voire en anglais, est envisagé si le budget le permet.

Seuil de financement Ces 30000 francs doivent nous permettre de tourner les premières images du film, ils correspondent aux frais générés par les deux premiers mois de tournage

Objectif financier Il s'agit de la somme nécessaire à la réalisation du documentaire. Notre budget est transparent et disponible sur simple demande. Cette somme représente la moitié d’une production standard. Sa modestie est rendue possible par les apports bénévoles, notamment ceux de l’auteure principale. L’argent permet de couvrir les frais du tournage (réalisateur, cadreur, preneur de son, matériel, déplacements, repas, assurance) et de la post-production (monteur, traducteur, matériel, assurance, achat de musique).

Qui sont les initiateurs du projet? 

Il est réalisé par Camille Andres, journaliste. En 2019, Camille Andres a exploré l’histoire de paysans du Pays-d’Enhaut qui, entre 1985 et les années 2000, ont construit leur indépendance économique avec une stratégie visionnaire, et créé la première appellation d’origine protégée de Suisse. Cette série d’articles, « L’Etivaz, le génie fromager », a été publiée par Heidi.News. Restait la question de l’après: comment la région entrevoit-elle son futur, désormais? Ce film est en quelque sorte la suite de cette première exploration journalistique à Château-d’Oex.

Contacter l'initiateur du projet
Association Documentaire - Le Pari d'Esther
Camille Andres
Avenue de Belmont 7
1820 Montreux Suisse

Camille Andres est présidente de l'Association 'Documentaire le Pari d'Esther'", qui compte un membre, Matthieu Hoffstetter