Se connecter
S'inscrire

«Si nous n'avions pas ces véhicules, nous serions pieds et poings liés»

08.02.2019
de Michèle Ullmann

La population suisse envoie un nouveau signal contre le gaspillage alimentaire. Pendant les fêtes de Noël, le projet "Table Suisse" a récolté des dons pour accomplir ses activités. L'organisation récupère des denrées alimentaires auprès des acteurs de la grande distribution et les redistribue aux personnes démunies en Suisse. Le projet a rencontré un franc succès. Entretien avec Andrea Rondelli, l'initiatrice du projet.

Vers le projet de crowdfunding

Avec votre campagne de financement participatif, vous avez dépassé votre objectif financier. Quel est votre sentiment?

Nous n'avions jamais eu la possibilité de mettre en place un financement participatif et la résonance est impressionnante. Ce soutien confirme notre choix de consacrer toujours et encore notre énergie en faveur des plus démunis. Une grande somme a été collectée durant les fêtes.

Comptiez-vous sur ce succès?

Comme nous collections des fonds pour financer les frais d'entretien de notre parc de véhicules, personnellement, je n'étais pas sûre que cela soit très apprécié dans le contexte actuel en termes de protection de l'environnement. Mais notre activité contribue à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre le gaspillage alimentaire, comme un effet secondaire. En raison des obligations imposées par la loi sur les denrées alimentaires et de la chaîne du froid à ne pas rompre, l'importance des véhicules frigorifiques a pris le dessus. Si nous n'avions pas ces moyens de transport, nous serions pieds et poings liés!


Qu'advient-il des dons récoltés?

L'argent servira à payer les frais d'entretien de deux véhicules frigorifiques – carburant, service, assurances, etc.

Quelle publicité avez-vous faite pour le projet?

C'est par le biais des canaux digitaux que nous avons essayé d'attirer le plus d'attention possible sur notre projet. Nous avons utilisé le blog du projet sur heroslocaux.ch et tous les canaux disponibles de "Table Suisse". Nous avons également fait beaucoup de publicité auprès de notre entourage et au travail. Finalement, ça en a vraiment valu la peine.

Est-ce que vous recourriez de nouveau à un financement participatif?

Oui, très volontiers. Mais la prochaine fois, nous consacrerions un peu plus de temps à la planification. Nous aurions déjà quelques projets «en stock» à financer par le biais du crowdfunding!

Vers le projet

Quel est ton opinion?

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.

Cela pourrait aussi t'intéresser: